Du comment notre petite puce arriva …

Aujourd’hui, je viens vous parler de l’arrivée au monde de notre petite Yuna, qui a décidé de se faire désirer et de venir 3 jours après le terme annoncé (qui je vous le rappelle, était prévu pour le 2 avril, c’est à dire le jour de mon anniversaire). Et pour vous raconter tout ça, j’ai décidé de vous faire une sorte de « minute par minute » détaillé. En avant pour l’histoire de l’accouchement !

Prologue

La date du terme étant le 2 avril, ce jour là, nous l’avons passé pour la matinée à l’hôpital, pour vérifier l’état du col et faire un monitoring. Un col toujours fermé (mais quelque peu raccourci), une petite qui va bien, quelques contractions (mais pas de douleur). Bref, tout va bien et la maternité nous donne rendez-vous samedi à 10h, pour refaire la même chose : si la petite ne se décide pas à venir, il faudra revenir tous les 2 jours pour vérifier que tout va bien et déclencher le travail au plus tard à j+6 (c’est à dire mercredi 8 avril). Et bien banco ! Nous rentrons à la maison, en se demandant à quelle sauce et à quel jour cette petite va nous manger. Jeudi passe tranquillement, vendredi aussi. Nous passons notre vendredi soir, tranquillement affalés sur notre canapé, à regarder le film « Interstellar » (que je vous conseille, il nous a beaucoup plu). Puis, il est temps d’aller se coucher, demain nous avons rendez-vous à 10h à la maternité.

Chapitre 1 : le jour de l’attente

6h10 : Sheldon Cooper s’épuise à m’expliquer la théorie de la relativité (et oui, Interstellar !).

sheldoncooper

6h15 : Heu, Sheldon, c’est un peu humide, ton explication, non ? Oo ! Réveil illico, debout de suite … je ne me suis jamais levée aussi vite de toute ma grossesse ! Bon, ok ..

6h16 : lumière dans le couloir, lumière dans les toilettes. Est-ce que je réveille Guillaume ? Est-ce que je me douche d’abord ?

6h18 :Sortie des toilettes. J’entend bouger dans la chambre. Ok, c’est parti pour l’annonce.

  • Moi : « Namoureuuuuux ?
  • Lui : Wuiiii ?
  • Moi : J’ai perdu les eauuuuuuuux !
  • Lui : Booooon ! »

6h20 : Chauffage dans la salle de bain. Une petite douche pour nettoyer tout ça : je sais qu’avec la perte des eaux, c’est direction hôpital sans sortie possible avant l’arrivée de la miss ! Je prend bien mon temps, une bonne douche bien chaude. Guillaume rentre dans la salle de bain pour discuter un peu. Rires et sourires, enfin, l’échéance est arrivée : nous allons avoir notre bébé d’ici peu.

6h50 : Appel à la maternité. Rendez-vous de 10h annulé, on me conseille de prendre un bon petit déjeuner avant de venir.

7h15 : voiture chargée avec le sac de maternité et la valise maternité. Direction l’hôpital, à 20 min de la maison. Va-t-on réussir à trouver une place à proximité ?

7h35 : Comme si c’était fait exprès, à 100m, on trouve une place gratuite. C’était le jour où on en avait besoin, et on l’a eu. Youhouuu !

8h00 : je suis en place dans une salle d’examen, bidou sous monitoring, après avoir vérifié mon col qui est toujours fermé (supayr). J’ai bien perdu les eaux (ils ont vérifié, on sait jamais si je ne suis pas fait pipi dessus !)monitoring

8h45 : Monitoring fini. La miss est toujours à l’aise dans le ventre (elle tape toujours d’enfer), j’ai des petites contractions mais rien de bien méchant et surtout, j’ai le col toujours fermé.

Verdict : on attend 24h et si dimanche 8h je n’ai toujours pas le col dilaté, on me déclenchera. En attendant, j’ai des exercices à faire à l’hôpital, étant donné qu’en effet on ne me laissera pas rentrer à la maison. Ballon, montée et descente des escaliers, marche dans l’enceinte de l’hôpital, pour déclencher tout ça.

9h15 : hoplà, arrivée dans ce qui sera ma chambre jusqu’à ma sortie ! Tout est rose (la porte, la table à langer) : on sent qu’on va avoir une petite fille (on espère que tous les échographes ne se sont pas trompés, sinon on leur fait un procès !). On discute un peu, on range les affaires, et on part en balade.

9h50 : on monte et on descend les escaliers sur trois étages : Guillaume me maudit mais il me soutient (quel namour, ce namoureux !)

10h00 : on donne le change sur facebook en mettant une jolie petite photo d’un cerisier en fleurs pour mon défi365… au cas où les gens se douteraient que je suis à la maternité ! :-p J’ai des petites contractions toutes les 20 min, mais tellement minime que ça ne vaut même pas la peine d’en parler (bon ok, un ptit peu juste pour dire :-p )

12h30 : Le repas est servi : ça va, je mangerais pas comme les poules ! Le repas est assez fade mais on me dit que c’est normal, on me donne des pâtes au beurre et de l’omelette parce que ça se digère bien et que je n’ai pas encore accouché. J’espère que d’ici ce soir, elle sera là !

repas avant accouchement

de 13h00 à 17h00 : on discute, on parle, je remue mon popotin sur mon ballon, on marche, on monte et on descend les escaliers. Le temps ne passe pas, les contractions ne s’accentue pas. Mais elle va jamais sortir, c’est pas possible !

ballon-carole

17h10 : C’est de nouveau l’heure du monitoring. La petite va toujours bien (et ça bouge, et ça bouge !) et j’ai des contractions un peu plus régulière, mais toujours pas douloureuse. Je vais peut-être passer au travers ?

18h30 : le repas arrive. Ah oui, ça fait un peu tôt là par contre ! Bon, ok, je mange. Guillaume va se chercher des sandwichs comme à midi et on mange tranquillement ensemble.

19h00 : les contractions commencent à se faire sentir, un peu plus douloureuses, toutes les 15 min. Alors, alors, alors, le travail a commencé ? Je le pense, et j’espère qu’elle va vite arriver. Avec l’application de Doctissimo Grossesse, on mesure le temps des contractions, avec ce qu’on appelle « le contractomètre ». C’est beau la technologie !

23h00 : Oh ma race, my god, ça commence, toutes les 7 min les contractions, et encore un peu plus douloureuses. Non mais à l’aise ! Monitoring ok, et col ? Fermé. Non mais il va s’ouvrir, ce bastard ! A priori, rien ne va se passer ce soir … Guillaume rentre se reposer car demain, la journée risque d’être : bouleversante. Si jamais le travail venait réellement à se déclencher cette nuit, je l’appelle et il viendra mais il vaut mieux qu’il rentre se reposer maintenant. Si rien ne se passe, il viendra à 8h. En attendant, je décide d’essayer de dormir un peu.

en attendant le soir caroleChapitre 2 : Les contractions commencent réellement… enfin !

0h00 : putain, ça fait mal ! Mais c’est quoi ça  ? Ah oui, j’ai oublié que j’étais à l’hôpital et que j’avais des contractions …Hop, deux cachetons d’antibiotique pour la petite puce : en effet, cela fait plus de 18h que la poche des eaux a percé, il faut donc faire de la prévention pour la demoiselle.

Vite pipi !

1h15 : Mais c’est pas possible, ça fait mal ! Encore réveillée par la douleur, direction … et béh pipi quoi !

2h03 : Pipi, bobo … bobo … Pipi …

3h12 : Bon lève-toi ma fille et marche. Tu douilles, tu as des contractions toutes les 5 min et elles sont vraiment douloureuses cette fois-ci. Jusque là, c’était tranquille, gérable, à l’aise Blaise. Maintenant, c’est une autre paire de manche. Il va falloir faire tes exercices de respiration… Je met la télévision histoire d’avoir un peu de musique, et je fais mine de danser pendant les contractions (j’ai lu sur internet que ça pouvait aider … mouais !).

4h00 : normalement, une sage-femme doit venir me donner encore des antibiotiques, je vais attendre qu’elle arrive pour lui dire que j’ai bien BIEN BIEN !!! mal.

4h15 : Non, mais elle arrive quand ? ARgllllllllll !

4h19 : ah oui, j’ai encore une contraction … hè, ça fait moins de 5 min, là !

4h45 : je peux encore tenir, elle doit venir, elle doit arriver … je tiens, je tiens je tieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeens !

5h00 : **appuie sur le bouton rouge** Elles ont dû m’oublier, mais là, j’en peux plus. De toutes les 5 à 3 min, à douiller ma race … Non, faut que ça s’arrête.

5h10 : Mise en place d’un monitoring, vérification du col : toujours fermé ! Oo Mais c’est pas possible, avec ce que ça fait mal ??!

6h00 : Monitoring ok, contractions toutes les 5 minutes … On me propose de monter à l’étage en salle d’accouchement pour profiter de la baignoire et de la chaleur de l’eau pour arriver à contrôler la douleur. Tout, je ferais tout ce que vous voudrez pour la contrôler !!

6h10 :J’arrive dans la chambre « Océane » et je rentre dans un bain bouillant à la bétadine. Un petit coussin flottant sous mes fesses, je gère les contractions : c’est douloureux, mais a priori dans l’eau bien chaude, j’arrive à un peu plus gérer la douleur.

7h50 : Guillaume ne va pas tarder à arriver, la sage-femme va venir me voir pour voir où en est le travail, il est donc temps de sortir de mon bain.

7h55 : ARGGLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLL je veux me noyeeeer c’est encore pire en dehors du baiiiiiiiiin ! AAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHH ! La gravité, c’est terrible !

8h00: ARGLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLL bis !

8h02 : Guillaume arrive … Il vient directement dans la salle. Il me voit. je le vois. Je m’effondre en larmes dans ses bras. C’est plus fort que moi : la douleur, la fatigue, le soulagement de le voir, le tout combiné et je craque. Ca va mieux.

08h03 : La sage-femme qui m’a suivi tout le long de la grossesse arrive : c’est elle qui est de garde pour la journée ! C’est génial, c’est elle qui va m’aider à accoucher. Je suis contente de la voir et rassurée : c’est bête mais bon, c’est toujours plus facile de savoir que la personne qui va voir ton anatomie l’a vu déjà plusieurs fois durant ta grossesse :-p

Elle me donne mon antibiotique et s’en va : on ne sait plus pourquoi je n’ai pas eu de monitoring à ce moment-là. Quoi qu’il en soit, elle repart et je me replonge dans un bain d’eau bouillante.

8h07 : au secours !

8h12: ouuyyyyyeeee

8h14 : au secours !

8h20 : je veux mourir

8h23 : pourquoooooi j’ai voulu un enfannnnnnt ?!

8h28 : je vais me ligaturer les trompes après son passage

8h31 : j’en ferais pas un second, nooooon !

8h35 : souffle, respire, inspire, accompagne la contraction …

8h40 : putain ça marche pas ces putains de fucking conseils à la con ! PUTAIN ! (attention âme sensible s’abstenir… beaucoup de putain, de bordel de pute, et autres joyeusetés vont sortir dans les prochaines minutes)

8h44 : Aaaaah ta race bordel de puuuuuute !

8h47 : ouf, fouuuuu, gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !

8h52 : à l’aise, j’ai pas mal … discutons, rigolons avec namoureux ! fouh fouh fouh fouuuuh !

9h00 : En soufflant :

  • Moi : « Elle a dit qu’elle revenait quand ?
  • Lui : Elle l’a pas dit …
  • Moi :aaaaaaaarglllll « 

9h10 : je suis enfin tranquille … gniiiiiiiiiiii !

9h20 : ptete que je vais en avoir moins ? J’ai l’impression que ça s’espace …

9h21 : ah, en fait, nooon c’est pas tant espacé que ça !

9h23 : mais pourquoi j’ai dit çaaaaaaa ! Mais bordel ça va s’arrêter quand ????

9h25 : A la prochaine contraction, on appelle la sage-femme … merde, merde merde !!!

9h27 : Niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiih ! Je tiens, je tiens, c’est encore tenable, pas la peine de l’appeler …

9h29 : Arglllll, non elle va venir, je suis pas une chochotte, je peux y arriver niiiiiiiiiiiiiiih

9h31 : Appelle-la, maintenant, viiiiiiite, j’en peux pluuus, tue moi namoureux, tue moiiii !

9h35 : je suis sortie du bain … les contractions se déchainent encore plus, la douleur est insupportable (j’en rajoute à peine …)

9h40 : la sage-femme arrive : monitoring et vérification du col … IL EST OUVERT à 2 ! YOUHOUUUUUUUUUUUUU !

9h41 : soulagement, yeux mouillés …

  • La sage-femme : « C’est bon, vous êtes dilatée à 2, vous avez une idée de comment vous voulez accompagner le reste de vos contractions ? Vous avez envisagé la pér… »
  • Moi : owiiiiii, vous allez me la faire, la péridurale ! « 

9h50 : translation vers la salle de naissance au doux nom de « Comète » (va-t-elle arriver à la vitesse d’une comète ? Oo). On m’habille avec une magnifique chemise d’hopital, on m’installe sur la table d’accouchement.

10h : Guillaume descend et débarasse le plancher : l’anesthésiste arrive pour me poser la péridurale et m’expliquer comment ça va se passer.

(je vous passe les minutes de contractions et de douleurs, vous aurez bien compris que la douille, entre 9h41 et 10h30 était toujours présente)

Chapitre 3 : La péridurale, libérééééééée, délivréééeee, je ne douillerais plus jamaiiiis ! (jusqu’au prochain accouchement)

10h30 : péridurale posée, perfusion en place, monitoring installé, allongée, la pompe dans la main, Guillaume à mes côtés. Il n’y a plus qu’à attendre que ça fasse effet et que le col continue de se dilater.

11h00 : OUYE, j’ai toujours mal, mais ça commence à se dissiper. J’ai dû appuyer un milliard de fois déjà sur la pompe de la péri. La sage-femme arrive et vérifie l’état de mon col, je suis dilatée à 3. Si dans une heure, il n’y a pas d’amélioration, on me fera une injection pour que le col se dilate plus vite. On m’allonge sur le côté pour voir si le travail s’accélère.

11h30 : ah, tiens ? une contraction ! Je n’en ai quasiment pas eu durant la dernière demi-heure. Je m’endors un peu, Guillaume boit du café, me tiens la main, essaie de me faire la conversation, réfléchit.

12h00 : La sage-femme revient, et réinspecte. Un large sourire sur son visage m’annonce que je n’aurai pas besoin d’injection : je suis dilatée à 6 ! On me laisse sur le côté pour que le travail continue.

12h30 : j’ordonne à Guillaume d’aller chercher sa gamelle dans la chambre de l’hopital : même si je n’ai pas le droit de manger, c’est pas une raison pour faire pareil. Je préfère qu’il becte plutôt qu’il soit malade de pas avoir mangé. Ce qui va arriver sera suffisant éprouvant pour monsieur.

13h50 : la sage-femme qui s’est occupée de nous faire le cours de préparation à l’accouchement arrive. Elle vérifie mon col et me dit qu’on va bientôt pouvoir pousser. OMG ! C’est bientôt, c’est là !!

14h00 : Bon, on fait un test de poussée pour voir si j’ai bien compris comment on faisait. On inspire à doooooooooonf, et on pouuuuuusssssssssssse et dès qu’on en peut plus, on expire. C’est parfait, il faudra que je fasse pareil lors du VRAI moment. La sage-femme et l’aide soignante préparent l’arrivée de bébé, avec tout un tas d’instruments que je n’identifie pas.

Chapitre 4 : Une entrée en fanfare dans nos vies

14h20 : La sage-femme Laetitia (qui m’a donc suivi depuis le début) arrive, vérifie le col et m’informe que c’est bon. On peut commencer le travail. J’aimerais accoucher sur le côté (il parait que c’est mieux ?) mais le monitoring ne fonctionne pas comme ça. Je décide de lui dire de ne pas s’acharner sur le côté, on va accoucher sur le dos, ça ira très bien comme ça.

L’aide soignante, la puéricultrice et elle sont entre mes jambes. Guillaume, la main derrière ma nuque pour me soutenir et m’aider à pousser.

  • La sage-femme : « Allez, Madame Millet, on sent la contraction là, donc on respiiiiiiiiire à fond … et on POUSSE !
  • Moi : Niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiih **veine sur le point de péter sur le front** et pfiouuuuuuuu …
  • Moi : Niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiih …
  • Les 3 femmes : C’est bien Madame Millet, vous poussez super bien, bravo, on continue, ouéééé, bravooo, encoooore, quelle poussée, c’est génial !!
  • Moi : Niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiih …
  • La sage-femme : c’est bien, si vous êtes fatiguée on arrête, sinon, on en refait une petite dernière !
  •  Moi : Alors, on y va ! Niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiih
  • La sage femme :  » allez, une nouvelle poussée, on refait pareil, c’était parfait ! »
  • Moi : Niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiih grmbllll argglllllllllllllll !
  • Moi : Niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii **yeux fermés qui vont éclater**
  • Les 3 femmes en coeur : Allez, ouiiii, parfaiiiiit, c’est génial, encore un effort, on pousse on pousse on pousse, wuiiiiiiiiiiii !
  • Moi : Niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiih
  •  La sage femme : une dernière poussée, ou vous être trop crevée ?
  • Moi : On pouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuusse !
  • La sage femme : parfait, bon alors on peut finir sans contraction maintenant, le bébé est bien engagé ! Quand vous voulez Mme Millet, on y est presque, votre bébé est bientôt là !
  • Moi : hmmm …. NIiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiih !
  • La sage-femme : Maintenant, on pousse doucement ! Vous voulez la toucher ?
  • Moi : nonononon, j’ai trop peur … je pousse ?
  • La sage-femme : et … Pouuuuussez ! Doucement, oui, voilà, elle arrive, on la voit, ouiiiiii, parfaiiit, poussez, poussez, poussez encore, vous y êtes presque !
  • Moi : niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiih je pouuuuuusssee je fais que ça !

Guillaume pousse avec moi en me soutenant la nuque … il me donne tout son modjo, quel homme ce Namour !

  • Moi : niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiih

(bruit de chplop !)

14h39 : La sage-femme me dépose brutalement un petit bébé tout bleu sur le bide, mini-hurlant.

  • La sage femme : et voilà votre petite fille, qui est en bonne santé !
  • Moi : ooooohhh **larmoyante**  Je regarde chéri chéri … immense bouffée d’amour pour l’homme de ma vie, et pour ce petit bout qui vient de littéralement bondir sur moi … avec un magnifique caca en cadeau pour le travail fourni.
  • La sage femme : hé béh, elle commence bien votre fille, elle vous a fait dessus ! (à l’attention de Guillaume) : Vous voulez couper le cordon ?
  • Guillaume : non, non, c’est bon …
  • La puéricultrice : Allez, maintenant, on va aller laver cette petite, vous m’accompagnez, le papa ?

Et les voilà qui sortent avec cette petite puce qui vient de sortir de mon corps. Ayé, c’est fait : j’ai accouché, Yuna est née et pèse 3.2kgs pour 49cm.

14h40 : le placenta tombe, la sage-femme me fait un petit point (elle est passée comme une lettre à la poste !), elle me nettoie, et me laisse me remettre de mes émotions.

14h45 : la petite puce enturbannée dans une couverture, un petit bonnet sur sa tête, Guillaume fier qui a finalisé de couper le cordon, nous 3 pendant 2h dans la salle à faire du peau à peau et à commencer à donner à manger à cette petite. Le boulot est fait, maintenant … et béh, il reste encore la suite.

Epilogue :

17h00 : l’aide-soignante et la sage-femme m’installe sur un fauteuil roulant car la péridurale agit toujours (on me l’a laissé par inadvertance une heure de plus). Guillaume fait rouler sa fille dans son berceau, toute pouponnée et habillée par la puéricultrice.

17h02 : nous voilà arrivé dans notre chambre … j’ai une dalle d’enfer et les sages-femmes m’amènent un repas de midi : je n’ai pas mangé depuis 0h et OMG qu’est-ce que j’ai faim !

17h20 : on est gaga autour du berceau de notre petite poupée …

yuna-première photo

 

Et voilà chers lecteurs, chères lectrices, le récit de mon accouchement ^^ Je vous passe les jours suivants à la maternité, sur les difficultés de la douleur de l’allaitement, je ne voudrais pas vous gâcher le plaisir :-)

 

 

 

Un commentaire

Leave a Comment.