L’arrivée de Weebairn

Hello hello ! Notre petit bout est venu au monde il y a bientôt un mois et enfin, je viens narrer le récit de cet accouchement.

Un mois plus tard, je récupère mes deux mains (temporairement je pense, little boy se reposant sur le coussin d’allaitement sur moi).

EDIT : j’ai commencé cet article à 9h30, il est 15h50 et je me relis :-p

Alors, tardivement, je m’en viens vous raconter cette journée / nuit épique, qui se clôtura par l’arrivée du petit Sid (le petit scientifiiiiiiiique, n’arrête pas de dire Ellie).

Ce week-end là (celui du 14/15 décembre), énormément d’événements prévus, donc j’avais bien expliqué au petit bébé dans mon bidou qu’il ne devait pas sortir : au programme, le vendredi 13 au soir, Noël avec la MAM d’Ellie, samedi soir spectacle de Noël du village avec Yuna et Ellie en mode danse et chant, dimanche 15, concert de l’Ensemble Orchestral de ville d’Auch où Guillaume joue du saxophone suivi d’un repas avec ses collègues musiciens.

BREF, un weekend bien dense :-p Avec quelques contractions, et ses sœurs qui sont arrivées plus tard (j+2 et j-2), à 7 jours du terme, je me dis que je suis laaaaaaarge.

excited season 9 GIF

Mais …

Samedi matin, à 4h, les contractions sont toutes les 10 min. Aïe, ca part comme pour Ellie…

A 7h, elles sont toutes les 5 min … Bon bah, je réveille Guillaume, on appelle mon père (qui doit prendre la route le lendemain pour nous rejoindre) pour lui dire de venir. J’appelle une amie qui va gérer les filles pendant la journée.

C’est ainsi que que nous nous rendons à l’hôpital avec Guillaume, moi mi-pressée, mi-dégoutée. La sage-femme m’examine, je suis dilatée à 2-3. on va suivre en monito mais elle me trouve beaucoup trop détendue et beaucoup trop « déçue » pour accoucher ce matin. En effet, 1h plus tard, les contractions se sont espacées. Elle me dit « à ce soir », après le spectacle de mes filles, car apparemment, j’ai tellement envie d’y aller que j’ai dû me bloquer, elle est sûre que le bébé sera là ce soir.

Nous rentrons donc à la maison, ma super copine me garde les filles pour que je puisse me reposer et nous les ramène directement à la salle de spectacle l’après-midi .

C’est ainsi que nous passons la matinée à la maison : je me repose sur le canapé, je contracte, je contracte, j’ai mal, ça me gonfle :-p Guillaume s’occupe de tout, mais début d’après midi, j’essaie de faire la sieste et les contractions me réveille … Zut ! Alors du coup, je décide de ranger : je récure la salle de bain de GrandPère, je range le salon des filles, je range notre salon, la cuisine, notre salle de bain, je trie le linge, je fais des panières de linge pour les vêtements de la semaine si j’accouche … 0 contraction de l’après-midi : grosse blague ! Ouf, je n’accoucherai donc pas ce week-end, j’en suis bien contente. Mon père arrive et nous nous rendons tous au spectacle de mes puces.

Sid a même rencontré le Père Noël avant sa naissance !

Je suis tellement contente de les voir ! On passe une bonne soirée, les filles me demandent où est passé le petit frère, elles sont heureuses d’avoir retrouvé leur GrandPère. J’ai quelques contractions, mais rien de dramatique. Prochaine étape, le concert de namoureux le lendemain … j’ai hâte !

Dimanche, 0h30 : oooooouuuuh ma race, j’ai mal. Contractions, contractions, toutes les 10 min. Bon, ce matin, on y est allé mais c’était une fausse alerte, je vais attendre qu’elles soient toutes les 5 min avant de réveiller namoureux.

2h15, Ouuuuuhhhh putain ma race, c’est toutes les 7min mais ouuuuuh putain j’ai mal, j’ai mal, j’ai mal ! Allez, je réveille Guillaume, je pense que c’est le moment. Il se prépare en 4ème vitesse, on descend et nous voilà parti…Avec des contractions toutes les 4 min et un Guigui un peu inquiet parce que vraiment, elles sont hyper rapprochées.

Nous arrivons par les urgences, il est 2h45. La sage-femme m’examine, je suis ouverte à 5-6.

  • « On attend un peu, vous êtes pas assez dilatée … »
  • Moi : « Ah, nononon, je veux la péri !!! »
  • « Vous êtes sûre ? »
  • Moi : « Oui,oui, je monte !!! »

Elle, embêtée (elle estime que c’est trop tôt), prépare le lit pour m’emmener en salle d’accouchement. Guillaume, lui, doit aller chercher des papiers.

Arrivée là-haut, j’en peux plus, j’ai mal, j’ai des contractions toutes les 2min. Le sage-femme arrive à me poser le cathéter (la première qui voulait me garder en chambre a tenté, et m’a défoncé la main, le bleu de ma main est parti au bout de 2 semaines …). Le temps que l’anesthésiste arrive, on m’ausculte … dilatée à 8 : « , ah, ça va être trop tard, on risque de pas pouvoir vous poser la péri »

Et là … J’ai pleuré :-p de douleurs, de tristesse, noooooooon, je veux la péri !!!

L’anesthésiste, les aides-soignantes … ont vu ma détresse. Alors, elle a retroussé ses manches, et m’a dit qu’elle allait me la poser. Soulagement. Douleurs. Pleurs. Mais soulagement.

Tanguy (mon sage-femme :-p) me prend les mains et me dit que maintenant, je vais devoir arrêter de bouger. Le dos bien rond, et même pendant les contractions, interdiction de bouger.

despicable me what GIF

Wahou. C’est à dire que là, depuis 0h30, je respire, je souffle, je bouge mes bras, j’arque mon bassin, je dandine du dos : et je ne dois plus bouger ? Non, mais … comment je vais gérer mes contractions moi ??! Non mais je veux la péri, je veux la péri.

Il me dit que je ne peux plus bouger, mais que je peux écrabouiller ses mains. Et on est parti…

Et presque 30sec plus tard, je sens venir une contraction : je le dis, je souffle, je respire, je pleure , je me contrôle, je lui défonce les mains … mais je ne peux pas bouger. Alors, je vais faire la seule chose que je peux faire : HURLER !

angry michael c hall GIF

Polala, j’ai tellement hurlé … que j’ai dû réveiller l’hôpital. La future maman dans la salle d’accouchement d’à côté (que l’anesthésiste venait de faire juste avant moi) a dû être tellement heureuse d’avoir été piquée :-p

A peu près 5-6 contractions plus tard (5 min), la péri est posée, et je n’ai pas bougé. On m’examine, le temps que la péri fasse effet : je suis dilatée à 10, on attend le gygy et le bébé. Je hurle toujours, même si je peux bouger : on a laissé l’enfer s’échapper de ma bouche, je suis pas prête de la fermer :-p

Guillaume n’est pas à proprement parlé fan de ma voix de déesse en mode l’exorciste. Mais enfin, finalement, la douleur commence à s’atténuer et mes cris aussi. Je ne cesse de lui répéter que nous nous arrêtons là, pas de 4ème, jamais !!!

Le gynéco arrive enfin (2min plus tard, quoi) … pour la délivrance :-p L’anesthésiste m’explique qu’elle m’a mis une toute petite dose et que je dois le signaler si je ressens de nouveau trop de douleurs.

Je commence à pousser et là, je commence à sentir la douleur. Je répète donc sans cesse : « là, j’ai mal, hein, là j’ai mal, mais j’ai mal hein ! »/ Vous voyez, ces images que l’on voit à la télé, d’une vache accouchant de son petit veau. Je me visualise pleinement cet instant pendant que mon bébé sort, de ressentir cette sensation d’extraction d’un petit corps, de façon douloureuse :-p Sur la fin, je demande au gygy si je peux pousser même sans contraction, il me dit d’y aller, alors je pouuuuuuuuuuuuusse !

Et voilà,  4h14, Sid Pierre Hervé est né … mais pas en entrée fracassante non non. Pas de cri, pas de pleur. Je vous avoue qu’avec Guillaume, sans se le dire, on a un peu serré. Et ces 30sec qui ont paru duré 3h sont passées, et enfin, il a crié. OUF ! 2H30 de peau à peau avec ce bébé, repos bien mérité pour mon fabuleux, très courageux namoureux, qui m’aura supporté hurler.

Yuna : accouchement en 32h30

Ellie : accouchement en 5h30

Sid : accouchement en 1h30

C’est de plus en plus court !

Voilà pour le récit fantastique et tout à fait succinct de mon accouchement !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.